Boycott : arme fatale et GRATUITE !

« Dire qu’il suffirait que les gens ne les achètent plus pour que ça ne se vende pas » (Coluche)

« Ce qu’il y a de bien avec le boycott, c’est que c’est gratuit ! » (les clowns)mcdonalds_boycott

Etymologie : éponyme du nom de Charles Cunningham Boycott (1832-1897), régisseur dans le comté de Mayo en Irlande, à qui la « Ligue agraire » infligea, en 1879, un blocus parce qu’il ne voulait pas baisser les loyers de ses fermiers pendant la Grande Famine. Cette action le conduisit à la ruine. En France, le mot boycott tend à remplacer boycottage.

Un boycott est une entente volontaire visant à infliger un dommage financier ou moral à un individu, à une entreprise ou à un pays, par le refus systématique d’acheter ses marchandises, d’entretenir des relations (sociales, culturelles, éconboycott_Philip_Morrisomiques) ou de participer à un évènement public, à une élection. L’objectif de ce refus collectif est d’exercer des représailles ou de faire pression sur la cible pour qu’elle réponde à une demande précise.

Les entreprises peuvent être très sensibles aux appels à boycott, pas seulement à cause de la baisse des ventes, mais pour l’impact sur leur image de marque.

Exemple des raisons d’appel à boycott :

  • politique (Ex : boycott des Jeux olympiques de Moscou par les Américains en 1980 pour protester contre la guerre en Afghanistan),
  • conditions de fabrication jugées injustes (travail d’enfants, exploitation des ouvriers),
  • non-respect des droits de l’homme,
  • non-respect des droits sociaux,
  • délocalisation et fermeture d’usine,
  • pollutions,
  • risque sanitaire (ex : OGM, pesticides),1286639797_boycott
  • élections truquées,
  • philosophiques ou religieuses (ex : boycott d’un film)
  • etc…

Un boycott est d’autant plus efficace qu’il sait utiliser les moyens modernes de communication et rallier les médias à la cause qu’il défend. Il peut parfois s’étaler sur plusieurs années. A l’inverse une simple menace de boycott peut parfois conduire à de rapides résultats.

Boycotts historiques ou célèbres (voir ici l’article source)

  • Pendant la Révolution américaine, à la fin du XVIIIe siècle, le boycott des marchandises anglaises était un moyen utilisé par les colons pour faire pression sur la métropole. Les Fils de la Liberté, une organisation de patriotes américains, ont eu recours à l’appel au boycott, notamment sur le thé anglais.
  • Le « boycott » a été une forme de lutte qui a existé avant qu’un nom ne soit donné à ce type d’action de résistance. Les premiers anti-esclavagistes anglais ont lancé une campagne féroce en 1790 pour convaincre leurs concitoyens de ne pas acheter du sucre en provenance des Indes Occidentales (les Antilles) produits par des esclaves et de privilégier le sucre en provenance des East Indies (Inde), ou l’exploitation de la main d’œuvre se faisait avec un peu plus de retenue.float2flyer
  • Le premier boycott répertorié de 1879 à l’appel de Charles Parnell, dirigeant de la ligue agraire, qui le lança contre Charles Cunningham Boycott, riche propriétaire terrien qui traitait mal ses fermiers.
  • Au Québec, en 1837, les chefs Patriotes incitent les Québécois à bouder ou boycotter les produits importés d’Angleterre pour tarir les fonds publics, revenus fiscaux perçus à la douane en vue de libérer le Québec du joug de l’occupant anglais. Les produits anglais boycottés, tels le rhum, l’eau-de-vie, le thé et la toile, sont remplacés par des produits locaux québécois.
  • Le premier boycott de l’Empire tsariste eut lieu en 1900 à Bialystok : le Bund (Union générale des travailleurs juifs) lança un boycott des cigarettes de la manufacture de tabac Janovski. Dans un appel au public, le Bund dénonçait Fajwel Janovski, « juif pieux allant à la synagogue régulièrement », qui venait de licencier 45 jeunes filles juives. Ceux qui persistaient à acheter des cigarettes Janovski se les voyait arracher et brûler. Le patron céda et réembaucha les jeunes femmes.
  • En Inde en 1930, le Mahatma Gandhi lance un boycott sur les impôts liés au sel, contre l’Empire britannique.
  • Le boycott des bus de Montgomery en 1955 à l’appel deBoycott Apartheid Bus, Lonodn, UK. 1989.jpg Martin Luther King pour obtenir la fin de la discrimination raciale (Article détaillé : Boycott des bus de Montgomery)
  • Le boycott politique de l’Afrique du Sud pour arrêter l’apartheid, à partir des années 1970.
  • Le boycott par les États-Unis (entraînant d’autres nations) en 1980 des Jeux olympiques de Moscou, pour protester contre l’intervention soviétique en Afghanistan. Opération réussie puisque 80 pays seulement y seront représentés ; mais l’Union Soviétique (avec 13 autres nations) boycottera les Jeuboycott-poster3x olympiques de Los Angeles en 1984.
  • Certains Tibétains en exil appellent à un boycott des produits fabriquées en République populaire de Chine, car selon Jamyang Norbu, un écrivain tibétain en exil et partisan de l’indépendance du Tibet5, ces produits sont fabriqués dans des camps de travaux forcés, dans des manufactures tenues par des militaires chinois, ou par une main-d’œuvre privée de ses droits.

Ci dessous quelques affiches de campagnes appelant au boycott :

boycott_coke

Boycott boycottcape card28

Un commentaire sur “Boycott : arme fatale et GRATUITE !
1 Pings/Trackback pour "Boycott : arme fatale et GRATUITE !"
  1. Le boycott de produit est comme le dit cet article : une arme fatale et gratuite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Oui ! Je veux recevoir la Lettre des Bonnes Nouvelles dans ma boiboite mail !

Adhérer

Adhérer

Hébergé par Zici

Zici est un hébergeur indépendant de site internet membre du RHIEN (réseau d'hébergeur, indépendant et engagé : rhien.org). Zici ce consacre exclusivement aux initiatives citoyennes (associatives et/ou non marchandes), logiciel libre, activités artistiques... Plus d'informations sur hebergement.zici.fr