Vidéothèque

>>> Note importante : le visionnage de vidéos en « streaming » occasionne une grande consommation d’énergie… il est donc recommandé de télécharger les vidéos AVANT de les visionner : pour cela vous pouvez installer un logiciel gratuit (par exemple : video downlaodhelper) qui permet de télécharger les vidéos sur youtube… parfois avant que celles ci soient censurées d’ailleurs !


 

Preuves par Images : « Documenthèque militante » au service de l’évolution de la thconscience collective… L’enjeu est de proposer des documentaires, films et conférences de qualités visionnables et téléchargeables en ligne gratuitement ! Lire la suite ici : http://preuves-par-images.fr/notre-mission/


Sur le site « jaiundoute.com » : vous trouverez largement de quoi complétehttp://jaiundoute.com/wp-content/uploads/2012/01/jaiundoute_logo1.pngr les quelques références ci dessous, ainsi que de nombreux articles passionnants, du top de top de média libre, vraiment chapeau bas à l’équipe de « j’ai un doute » !


Incontournable ! 50 minutes qui changent la vie et nous sortent des griffes du système bancaire: le film « la monnaie : du pouvoir d’achat au pouvoir d’être ! » Et pour d’autres documentaires sur l’argent, la monnaie, la création monétaire et le business des banksters voir ici


In Transition : Du Pétrole à L’après Pétrole
C’est un film à propos de changements et d’espoirs. Il montre une vision pratique pour créer une société de l’après-pétrole, post-consumériste, ou les gens ordinaires font changer les choses. C’est un film optimiste, axé sur des solutions pratiques, locales, transposables concrètement dans la vie de tous les jours.
La Transition en question est le passage « de la dépendance au pétrole à la résilience locale ». Les populations locales sont invitées à créer un avenir meilleur et moins vulnérable devant les crises écologiques, énergétiques et économiques qui menacent en agissant dès maintenant pour : – réduire la consommation d’énergie fossile ; – reconstruire une économie locale vigoureuse et soutenable et retrouver un bon degré de résilience par la relocalisation de ce qui peut l’être ; – acquérir les qualifications qui deviendront nécessaires.

Chaque collectivité locale trouvera par elle-même les actions qui lui conviennent en fonction de ses ressources et de ses enjeux. Il n’y a pas de réponse toute faite. Le modèle de Transition offre un cadre de travail cohérent mais non coercitif.
.
Le mouvement de Transition concerne des communautés du monde entier, réagissant au pic pétrolier et au défi climatique et économique avec créativité, imagination et humour, et se mettant en action pour reconstruire leur économie et leur communauté locale.

Le mouvement de Transition est né en Grande-Bretagne en septembre 2006 dans la petite ville de Totnes. L’enseignant en permaculture Rob Hopkins avait créé le modèle de Transition avec ses étudiants dans la ville de Kinsale en Irlande un an auparavant. Il y a aujourd’hui des centaines d’Initiatives de Transition dans une vingtaine de pays réunies dans le réseau de Transition (Transition Network).


 

Nos enfants nous accuseront : dans un petit village français au pied des Cévennes, le maire a décidé de faire face, a décidé de réagir en faisant passer la cantine scolaire en Bio. Ici comme ailleurs la population est confrontée aux angoisses contre la pollution industrielle, aux dangers de la pollution agro chimique. Ici commence un combat contre une logique qui pourrait devenir irréversible, un combat pour que demain nos enfants ne nous accusent pas.


Solutions locales pour un désordre global : « Les films d’alertes et catastrophistes ont été tournés, ils ont eu leur utilité, mais maintenant il faut montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions des paysans, des philosophes et économistes qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s’est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives. » Coline Serreau.


 

La belle verte : Film français sorti le 18 septembre 1996, réalisé par Coline Serreau, avec comme acteurs principaux : Coline Serreau, Vincent Lindon, Marion Cotillard

Quelque part dans l’univers existe une planète dont les habitants évolués et heureux vivent en parfaite harmonie. De temps en temps quelques-uns d’entre eux partent en excursion sur d’autres planètes. Curieusement, depuis deux cents ans plus personne ne veut aller sur la planète Terre. Or un jour, pour des raisons personnelles, une jeune femme décide de se porter volontaire. Et c’est ainsi que les Terriens la voient atterrir en plein Paris.


De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.

L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire mar
chand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde. (lire la suite ici : http://delaservitudemoderne.org/)


 

>>> En 2007, Naomi Klein publiait La Stratégie du choc.
Un traumatisme collectif, une guerre, un coup d’état, une catastrophe naturelle, une attaque terroriste plongent chaque individu dans un état de choc. Après le choc, nous redevenons des enfants, désormais plus enclins à suivre les leaders qui prétendent nous protéger. S’il est une personne à avoir compris très tôt ce phénomène, c’est Milton Friedman, Prix Nobel d’économie en 1976.
Friedman, soutenant l’ultralibéralisme, conseilla aux hommes politiques d’imposer immédiatement après une crise des réformes économiques douloureuses avant que les gens n’aient eu le temps de se ressaisir. Il qualifiait cette méthode de traitement de choc.
Naomi Klein la qualifie de « stratégie du choc ».
En utilisant de nombreuses images d’archives, Michael Winterbottom et Mat Whitecross démontrent la puissance du texte de Naomi Klein et la nécessité de résister.


Toute personne voulant se faire une opinion sur les gaz de schistes doit voir Gaz Land Les plus importantes recherches de gisements de gaz naturel sont en ce moment entreprises à travers tous les États-Unis. La société Halliburton a développé une technologie de forage, la fracturation hydraulique, qui va permettre aux États-Unis de devenir « l’Arabie Saoudite du gaz naturel ». Mais cette technique est-elle sans danger ? Lorsque le cinéaste Josh Fox reçoit une lettre l’invitant à louer ses terres pour y faire un forage, il va sillonner le pays et découvrir en chemin des secrets bien gardés, des mensonges et des toxines…


« Rembale ton Eleck ! » Depuis 2005, une résistance s’est construite autour de la lutte contre la nouvelle ligne très haute tension(THT), un des symboles du nucléaire, dans le Cotentin. Le film « Rembale ton Eleck ! » retrace une partie de cette lutte: l’historique bordée d’impasses démocratiques et juridiques, mais aussi de moments forts de mobilisations collectives (actions publiques de sabotage, actions directes, camp de Montabot au cours duquel un milliers de personnes s’étaient réunis…). La répression, la place des médias, sont autant de stratégies employées par l’État et RTE (Réseau de Transport d’Électricité) qui n’auront pas stoppé le mouvement. Au contraire, il s’en sort renforcé, car plus qu’une opposition à la THT et son monde nucléaire, ce qui a été construit ce sont des liens et des solidarités, nous sommes « indéboulonnables ». C’est un film sur ce que nous avons gagné, et sur ce qui continue de vivre et grandir en Normandie, au Val de Suza, sur la ZAD de Notre Dame des Landes, à Bure contre la poubelle nucléaire, et partout où l’on nous impose un monde dont ne nous voulons pas. Ce que nous avons gagné, c’est le sentiment de reprendre en mains les décisions qui concernent nos vie, c’est l’organisation horizontale, c’est le sentiment de pouvoir agir partout de manière décentralisée, c’est le partage entre des personnes différentes de part leurs age, leur profession, leur provenance, leur moyen de faire, mais qui avancent ensemble, c’est le bonheur de retrouver une vie humaine et de nous serrer à chaque fois plus fort dans nos bras. État, EDF, Vinci, RTE, Areva, Andra, Bouygues, chantres de l’aménagement et de la croissance, vous et vos larbins politiques, policiers et médiatiques : « hors de nos vie ! » Une production de Interf’errance (groupe automédia). Un film sans droit ni titre, avec Mr. Prentout, Adolphe Colrat et bien d’autres.


Sur la ZAD (Zone A Défendre) de Notre Dame des Landes, le nouveau Larzac, deux excellents reportages :

Au coeur de la lutte, un document militant réalisé par Christophe Kergosien et Pierrick Morin (« A l’arrache production »)

Notre Dame des Luttes, réalisation : Jean-François Castell – Portraits & Chronique de Luttes du 17 novembre à mi décembre 2012 autour des nouvelles cabanes de la ChaTeigne de la ZAD


Le monde selon Monsanto : Ce film retrace l’histoire de Monsanto, une multinationale américaine, aujourd’hui leader mondial des OGM, et considérée comme l’un des plus grands pollueurs de l’ère industrielle (PCB, agent orange, hormones de croissance, roundup…). Après une enquête de trois ans, en Amérique du nord et du sud, en Europe et en Asie, il reconstitue la genèse d’un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l’administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu l’un des premiers semenciers de la planète. En s’appuyant sur des documents et des témoignages inédits de scientifiques, victimes de ses activités toxiques, avocats, hommes politiques et de représentants de la Food and Drug Administration ou de environnemental Protection Agency des États Unis, le documentaire montre comment, derrière l’image d’une société propre et verte décrit par la propagande publicitaire, se cache un projet hégémonique menaçant la sécurité alimentaire du monde, mais aussi l’équilibre écologique de la planète. Un doc à ne manquer sous aucun prétexte.


DU POISON DANS NOS VÊTEMENTS

Rita Lemoine ne se doutait pas que ses chaussures neuves contenaient du diméthylfumarate, fongicide qui lui a provoqué une réaction cutanée spectaculaire et des paralysies musculaires. Depuis 2009, ce produit est interdit dans l’UE, mais de nombreux objets importés, notamment de Chine, échappent aux contrôles. Si en Asie, le chrome, les pigments et le chlore font toujours autant de victimes dans les tanneries, les travailleurs européens du textile ne sont pas non plus épargnés. Ainsi Frauke Driessen, qui a repassé pendant dix ans des jeans pour une grande marque de vêtements, est tombée malade suite à la présence dans son sang de dichlorométhane, substance cancérigène également présente dans son usine…


Water Makes Money – Le Business de l’eau et ses marchanpressefoto_watermakesmoney_20ds

Un film de Leslie Franke et Herdolor Lorenz 2010 Une coproduction de Kttac et ZDF/ARTE, soutien par Filmförderung ERNFILM avec Achille du Genestoux et La Mare aux canards, en collaboration avec AquaHamburg Schleswig-Holstein

http://www.watermakesmoney.com

L´ irrésistible expansion des privatiseurs mondiaux de l´eau ?

À l´échelle mondiale l´approvisionnement en eau est encore à plus de 80% public. Mais partout où des communes à court d´argent cherchent un soulagement financier, Veolia et Suez, les 2 multinationales les plus importantes (française… cocorico!), frappent à la porte. Veolia à elle seule, a réussi, pendant les 10 dernières années à prendre en charge l´approvisionnement de plus de 450 villes allemandes ou d´y prendre des participations. Entre temps, la multinationale française et ses participations dans l´assainissement et l´eau potable se trouve être pratiquement le distributeur d´eau le plus important en Allemagne à égalité avec Gelsenwasser. Ces succès expansionnistes sont identiques en Pologne, dans les républiques baltes, Lettonie, Estonie, Lituanie, en Tchéquie, en Slovaquie, en Italie, en Espagne, aux États-Unis et même en Chine où Veolia proclame constamment la signature de nouveaux contrats. Lorsque en Californie il y a risque de pénurie d´eau, Schwarzenegger reçoit Henri Proglio, le PDG de Veolia. C’est à lui que s’adresse en premier lieu le président chinois lorsque ce pays décide d´un programme de 100 milliards de dollars pour le renouvellement du système de traitement des eaux usées. Veolia et Suez sont présents dans 69 pays sur les 5 continents. Est-ce l´ascension irrésistible de deux géants de l´eau, traçant leur voie en direction de l´hégémonie mondiale d´une eau privatisée ? A Paris précisément, au siège des multinationales, on voit cela d’un tout autre œil. Avec plus d’une centaine d’autres collectivités territoriales, Paris a décidé de reprendre le contrôle de l’« élixir de vie » : l’eau. Lorsque les contrats avec Veolia prendront fin, ces services vitaux devront retourner en régie publique. Comment se fait-il que, précisément dans la patrie de Veolia, de plus en plus de communes s’en détournent?


Mes identités Nationales

Conférence gesticulée de la coopérative du Vent Debout, de et par Pablo Seban. http://www.vent-debout.org
Filmée au Café Boissec de Larbey – http://www.sacdebilles.fr/

Vous avez déjà entendu une de ces phrases qui commencent par « Je ne suis pas raciste, mais… »? Ces phrases qui commencent mal et qui sont souvent suivies du pire…
Oui, vous en avez déjà entendu, comme moi. Et peut-être même que, comme moi, vous en avez déjà prononcé, de ces phrases. Pourtant, quand même, vous et moi : on n’est pas racistes !
Hé bien, cette conférence propose de réfléchir à tout ça : qu’est-ce que le racisme ? Est-il vraiment réservé à l’extrême droite ou la droite extrême ? Ou au contraire, quels arguments nous embarquent dans sa mécanique, parfois malgré nous ?
Comme point de départ, cette conférence propose une réflexion sur nos identités multiples, en me laissant gesticuler sur mes identités à moi.


TV Clownistan : c’est  une large sélection de vidéos à voir et à revoir sur de nombreux sujets au choix : la création monétaire, l’armée des clowns, les gaz de schiste, le nucléaire la vérité sur la cannabis,  les luttes locales de Notre Dame des Landes, de Décines ta résistance, etc !


La télévision paysanne : la télé vivante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Oui ! Je veux recevoir la Lettre des Bonnes Nouvelles dans ma boiboite mail !

Adhérer

Adhérer

Hébergé par Zici

Zici est un hébergeur indépendant de site internet membre du RHIEN (réseau d'hébergeur, indépendant et engagé : rhien.org). Zici ce consacre exclusivement aux initiatives citoyennes (associatives et/ou non marchandes), logiciel libre, activités artistiques... Plus d'informations sur hebergement.zici.fr